Prendre soin de son Chat

Facebook

1. Psychologie du chat

2. L’éducation du chat
3. L'âge: équivalence homme-chat
4. Prendre soin du chat âgé

Chat-sphinx
1. Psychologie du chat

Les chats domestiques ne sont ni plus ni moins intelligents que les chats sauvages. Ils sont peut-être plus polyvalents grâce à leur adaptation au milieu urbain.
Comme ils descendent d'ancêtres principalement solitaires, ils ne sont pas aussi dociles ou malléables que d'autres animaux domestiques comme les chiens par exemple. La plupart des différences entre le comportement du chat et celui du chien viennent de la motivation plutôt que de capacités innées. Les chats peuvent réaliser des tâches hautement complexes.
On pourrait, de prime abord, considérer le chat comme un solitaire. Cependant, aussi paradoxal que cela paraisse, il fait partie des animaux sociaux. Même s’il privilégie parfois l’absence de contact (surtout avec ses congénères), il est capable avec l’homme, de faire preuve de vrais talents de communication.

Comment les « décoder » ?
Les moyens de communication dont il dispose sont particulièrement subtils et variés (position des oreilles, de la queue, regard,…). Ils lui permettent de détecter la présence et l’état « émotionnel » des autres chats, d’animaux d’autres espèces mais aussi des humains avec lesquels il vit.
En fin de compte, c’est lui qui décide, en toute connaissance de cause, de refuser ou d’accepter une rencontre. Si cette rencontre est inévitable et non désirée, tous ses moyens communicatifs seront alors mis en œuvre pour adopter une stratégie dissuasive dans laquelle le bluff n’est pas le moindre.

C’est au début de sa vie que le caractère plutôt solitaire ou plutôt social du chat se décidera : sa personnalité propre étant le facteur déterminant son comportement futur. Le respect de cette particularité de la psychologie féline est l’élément de base nous permettant de comprendre ses attitudes au sein de cellule familiale.

 

Le tableau ci-dessous résume les diverses « expressions »

du langage félin

 

Soumission

Approche amicale

Menace offensive

Menace défensive

Peur

Jeu

Oreilles

Couchées

Dressées

Pointées en avant

Pointées en arrière

Couchées

Pointées

Pupilles

Dilatées

Normale

Contractées

Contractées

Dilatées

Dilatées

Queue

Allongée au sol

Verticale

Fouettante

Arquée

Sous lui

Dressée/arquée

Corps

Accroupi

debout

Debout ou accroupi

Arquée

Accroupi

diverses

 

 Comportement alimentaire

Le chat doit beaucoup de ses habitudes à son ancêtre, le chat égyptien; celui-ci, originaire du désert, avait peu l’occasion de boire et devait se contenter de maigres proies, des souris essentiellement, qu’il chassait souvent.

Notre chat domestique actuel a conservé cette sobriété vis-à-vis de ses prises de boisson et cette habitude de faire beaucoup de repas au cours de la journée.
Ainsi, un chat nourri « ad libitum » (nourriture en permanence à sa disposition) peut faire sur 24 heures 10 à 15 repas, en mangeant 8 grammes en moyenne par repas. Le temps total passé à manger sur la journée est toujours court, environ 15 minutes en tout.
Cette fréquence élevée avec laquelle il se présente à son écuelle, de préférence en notre présence, nous fait souvent penser qu’il passe son temps à se nourrir !
Certains chats préfèreront manger la nuit, d’autres répartiront leurs prises alimentaires de façon régulière au cours de la journée, d’autres encore mangeront aux mêmes heures que leurs propriétaires.
Contrairement au chien, le chat préfèrera se laisser mourir de faim plutôt que de manger quelque chose qui ne lui plaît pas; ce n’est donc pas faire tous ses caprices que de lui fournir des parfums et des variétés différentes. Dans l’éducation du palais du jeune chaton, il est judicieux de lui présenter, dès le sevrage, des aliments variés en texture et en goût (pâtées, boulettes, croquettes), de cette manière, vous avez de grandes chances d’avoir un chat « facile à vivre » à l’âge adulte.

Le chat boit peu : 9 à 10 fois par jour avec, en moyenne, 12 ml par prise. Certains aiment boire au robinet ou affectionnent particulièrement l’eau du bain : il s’agit là de comportements qu’il convient de qualifier de fantaisistes, la prise essentielle de l’eau de boisson étant approvisionnée par celle qu’on leur fournit.
Très sensible aux odeurs, il est préférable de lui présenter l’eau plutôt dans un récipient neutre (verre, porcelaine, inox) qu’un bol en plastique qui gardera plus facilement des résidus « odorants » qu’il n’apprécie guère.

Comportement locomoteur

Comme chacun a déjà pu le constater, le chat est une véritable équilibriste. Cette aisance naturelle tient à sa morphologie, sa souplesse articulaire et musculaire, un grand sens de l’équilibre et une excellente vision.

Le chat sait toujours redescendre de l’endroit où il a grimpé, sauf s’il est pris d’angoisse au sommet. Ce sont souvent les cris et gesticulations de son propriétaire effrayé par la situation qui le privent de tous ses moyens pour redescendre : en pareil cas, laisser lui au moins le temps d’y parvenir !

L’idée populaire suivant laquelle un chat retombe toujours sur ses pattes est fausse ! À moins d’1m50, le chat n’a pas le temps de se retourner et tombe sur l’une ou l’autre partie du corps et risque de se blesser.

Comportement d’élimination

La propreté est une des caractéristiques comportementales du chat et est acquise très tôt (entre la 3ème et la 5ème semaine de vie). Avant d’être propre, c’est le léchage par la mère de la région ano-génitale, après la tétée, qui stimule les mictions et défécations du chaton.
Vers l’âge de 3 à 4 semaines, le chaton opère un véritable contrôle neurologique de ce comportement et commence à ébaucher ses premières approches du bac à litière.
Très vite, la séquence comportementale type se met en place : grattage de la litière, élimination puis recouvrement des déjections.
Tant le mâle que la femelle éliminent en s’accroupissant, contrairement à ce qui se passe chez le chien.
!!!! Si le chat émet un jet d’urine puissant, bien horizontal et debout sur ses quatre pattes, il ne s’agit pas d’un comportement d’élimination, mais de MARQUAGE URINAIRE.

Comportement de marquage

Le chat s’applique, de façon naturelle, à des comportements de marquage : soit le marquage par griffades, soit le marquage facial.

  • le marquage par griffades : Il ne s’agit pas d’un moyen utilisé par le chat pour affûter ses griffes mais bien d’un marquage territorial.
    En effet, lors de la mise en œuvre de ce comportement, le chat libère ainsi sur le site choisi des phéromones produites entre les coussinets. Il l’utilise le plus fréquemment pour délimiter une zone sensible de son territoire : autour de son écuelle, du bac à litière, de son site de couchage.
    Si vous laissez votre très cher félin faire régulièrement la sieste dans un fauteuil, ne vous étonnez pas s’il en griffe le dossier ou les pieds : pour lui, rien de plus normal que de montrer que ce petit nid douillet est le sien !
  • le marquage facial s’effectue par un frottement de la tête sur divers sites; en le réalisant, le chat dépose des sécrétions produites par des glandes situées autour de la gueule. Il peut ainsi marquer des objets, d’autres chats, le bas de vos jambes. Lorsqu’ils sont mis en place sur les objets, ils peuvent être qualifiés de marquage de « territorialisation », agissant comme des balises reliant les divers zones d’activité : zone de chasse, d’élimination, de jeux ou de repos.
    Ces balises « activées par marquage facial » lui donneront des repères qui lui permettront de se sentir en sécurité.
    Appliqués sur le propriétaire, d’autres chats ou d’autres animaux vivant au sein de son territoire, ils lui permettent de diminuer son anxiété puisqu’il reconnaît quiconque porte son odeur comme son « ami » : on peut leur appliquer le qualificatif de marquage de « familiarisation ».

Comportement de toilettage

Le comportement de toilettage est, avec le sommeil, une des plus grandes activités du chat. Présent dès le 15ème jour de la vie, il s’effectue chez le chat avec la langue mais également avec les pattes. Outre la fonction de nettoyage à proprement parler, le comportement de toilettage a une fonction apaisante essentielle.
Se lécher (ou être lécher, comme les chatons par leur mère) déclenche chez l’animal une production d’endorphines, hormones à production interne comme l’humain en sécrète pour lutter contre la douleur. Parce qu’il peut s’exercer sur d’autres congénères, le léchage a une fonction sociale, ce qui est bien illustré dans les relations entre la mère et ses chatons.

Les troubles du comportement et/ou comportements indésirables chez le chat

Ils sont nombreux et d’expressions très variables. Les plus fréquemment rencontrés (mais pas toujours solutionnés !) :

•le marquage par griffade exagéré et intempestif

•le marquage urinaire (malpropreté)

Mais le chat pourra également développer de l’anxiété, des phobies, de la dépression, de l’hyperactivité, voire de l’agressivité, etc.

La cause du développement de ses comportements « anormaux » ainsi que leurs traitements relèvent de la consultation d’un vétérinaire, voire même d’une visite chez un vétérinaire comportementalisteChaton-4-fers-en-lair

 Retour haut de page

 

2. L’éducation du chat

 Le chat ne s'éduque pas comme un chien, il est beaucoup plus indépendant et donc assez réfractaire à toute forme de dressage. Néanmoins, il est bon de se tenir à quelques principes de base.

Juste après l'acquisition:

Un chaton ne devrait pas être séparé de sa mère avant l'âge de 8 semaines; plus tôt, de graves problèmes comportementaux peuvent survenir (agressivité, peurs, anxiétés, malpropreté...). C'est en effet au cours de la 5ème - 6ème semaine que se réalise le processus d'imprégnation, au cours duquel le chaton va s'indentifier à son espèce: s'il est retiré de sa nichée au cours de cette période, il ne saura pas réellement quels comportements adopter: ceux d'un chat ou d'un humain? Premier conseils donc: n'adoptez pas un chaton avant 2 mois.

La transition vers son nouveau domicile devra se faire le plus en douceur possible: essayez de garder la même alimentation (lorsque vous la connaissez), au moins les premiers jours. Vous aurez tout loisirs de changer ensuite (voir ci-contre).

La meilleur façon si un chaton est en bonne santé est de le mener chez un vétérinaire dans les 48 h. qui suivent son acquisition. Celui-ci pourra alors l'examiner et détecter d'éventuelles pathologies fréquentes chez le chaton (infestation parasitaires intestinales ou cutanées, gale d'oreilles, début de coryza...).

IL faut prévoir dès l'arrivée du chaton à son nouveau domicile un endroit pour le couchage (encore que les chats choisissent eux-mêmes avec beaucoup de sûreté leurs places), et surtout une litère pour ses besoins naturels.

Le port du collier est tout à fait facultatif; cela reste pour beaucoup le moyen le plus évident pour prouver que le chat appartient à quelqu'un, mais peut être dangereux chez les chats aventureux (attention au collier qui se prend dans les grillages ou les branches avec risque de "pendaison"). Chaque année, des milliers d'animaux de compagnie sont perdus. Il est donc essentiel d'identifier votre chaton, par tatouage dermographique avec inscription au Fichier National Félin, ou beaucoup mieux , par l'implantation d'une puce électronique, moyen inaltérable et infalsifiable avec insription au Fichier National et Européen. Concernant les colliers antiparasitaires, il existe des moyens beaucoup plus efficaces pour lutter contre les puces et autre parasites externes ( les pipettes à appliquer au niveau de la nuque).

Habituez votre chaton à entendre son nom, celui que vous lui aurez choisi, de préférence un nom court. 

La nourriture:

La première question concerne la nature de l'alimentation: alimentation sèche (croquettes), alimentation en boites, ration traditionnelle dite ménagère?

D'un point de vue diététique, l'alimentation sèche de qualité supérieure est à l'heure actuelle ce qui se fait de mieux; les problèmes urinaires (calculs), autrefois très liés à ce type de nourriture sont depuis longtemps résolus avec les marques "haut de gamme". Les croquettes seront laissées en "libre-service", la plupart des chats se rationnent très bien eux-mêmes (voir comportement alimentaire ci-dessus).

L'alimentation en boite, en tout cas de bonne qualité, est plus coûteuse. La ration "ménagère" est assez difficile à équilibrer, ce qui fait entre autres raisons qu'elle esty de plus en plus délaissée au profit dela nourriture "industrielle".

Chaque âge à son aliment: babby, croissance ou junior jusqu'à un an environ, adulte jusque vers 8 ans, puis mature ou senior.Beaucoup plus qu'un gadget de marketing, ces diverses formulations permettent de répondre aux besoins spécifiques du métabolisme et de ses variations au cours de la vie du chat.

Il existe de plus en circuit vétérinaire des aliments spécialisés pour certains problèmes pathologiques: embonpoint, obésité, mais aussi problèmes dentaires ou maladies rénale, cardiaque, hépatique, etc... Votre vétérinaire reste le plus compétent por trouver un alimentation adaptée, n'hésitez pas à lui en parler: comme en médecine humaine, une bonne diététique est primordiale pour maintenir une bonne santé, pour prévenir certaines maladies ou aider à les soigner.

Après le contenu, le contenant: nous recommandons des gamelles bien stables en céramique ou en acier inoxydable (éviter les plastiques). Elles doivent être solides et lavées tous les jours. Important: de l'eau fraîche, renouvelée tous les jours, doit être disponible en permanence.

La propreté:

Elle est généralement très vite acquise, parfois immédiatement (éducation et limitation par la mère). Le chat utilise spontanément la litière, et aucune éducation n'est nécessaire.

Il peut arriver que certains chats préfèrent utiliser la terre des plantes d'appartement; un remède simple est de déposer à ces endroits des écorces d'oranges, dont l'odeur répulsive devrait éloigner l'animal. En cas d'échec on peut rendre la terre inaccessible en apposant sur le pot et autour du pied de la plante un papier d'aluminium, un papier sulfurisé ou un fin grillage "à poules".

Si l'animal refuse d'utiliser le bac, le plus souvent il s'agit d'un problème de litière: fuyez les litières parfumées, qu peuvent être répulsives pour certains; vous pouvez attirer votre chat en passant sans rinçer une éponge imprégnée d'eau de javel diluée (dont l'odeur attire les chats) au fond du bac avant d'y mettre la litière de préference d'origine végétale ou organique compostable et 100% biodégradable. N'oubliez pas non plus que la chat a lui aussi besoin d'intimité pour faire ses besoins: si vous posez le bac à litière dans un couloir passant, votre compagnon trouvera un coin plus abrité.

Enfin, il faut savoir différencier les problèmes de malpropreté simple des problèmes de marquage de territoire (voir plus loin), ou des problèmes de santé: dans le cas d'un "cystite" par exemple, le chat devient malpropre mais c'est une affection d'apparition brutale (très inflammatoire et douloureux, le chat tente d'uriner où il se trouve pour se soulager), et ontrouve rapidement des traces de sang dans les urines.

Punition:

Le chat tolère très mal les punitions physiques; comme chez le chien d'ailleurs, celles-ci doivent être évitées sauf en cas d'agression; préférer de loin l'aspersion avec un spray d'eau (le "pschitt" rappellera le souflement du chat mécontent) ou tentez d'imiter vous même le souflement/feulement du félin en colère (bien fait c'est radical).

Si on veut éviter l'accès à certains endroits, on peut utiliser deux "trucs":

  • pulvériser la zone avec de la citronnelle
  • scotcher du papier d'aluminium par terre autour de la zone à protéger (le chat déteste marcher sur ce genre de surfaçe)

Les griffades:

C'est un problème heureusement moins fréquent qu'on ne le dit, mais qui peut entraîner de gros dégâts (papier peint, canapé...)

Il faut savoir que c'est un marquage visuel et odorant pour le chat: il choisira donc toujours un endroit bien en évidence pour "marquer". Inutile donc pour éviter ça de cacher un griffoir derrière une porte, le chat ne s'en servira pas. Il faut placer le griffoir à l'endroit où le chat marque, puis le déplacer lentement vers un endroit plus discret; à vrai dire, le chat étant rarement stupide, ce genre de stratagème échoue le plus souvent!

Le dégriffage définitif et chirurgical (onychectomie) est interdit par une loi de protection animale. Cette opération consistait en l'amputation des 8 dernières phalanges qui portent les griffes: efficace mais barbare.

La meilleur solution à l'heure actuelle est dans l'utilisation des phéromones (votre vétérinaire sera le plus à même de vous expliquer le bon usage de ces produits).

 Retour haut de page

 Chat-roux-toilettage

3. L'âge: équivalence homme-chat

Afin de mieux comprendre et s'adapter à la différence de l'espace temps qui nous sépare, des corrélations statistiques approximatives permettent de présenter ce tableau:

Equivalence Homme / chat

CHAT

Homme

CHAT

Homme

3 mois

2 ans

8 ans

50 ans

4 mois

5 ans

9 ans

55 ans

5 mois

8 ans

10 ans

60 ans

6 mois

14 ans

11 ans

62 ans

7 mois

15 ans

12 ans

65 ans

8 mois

16 ans

13 ans

68 ans

1 an

18 ans

14 ans

72 ans

2 ans

25 ans

15 ans

75 ans

3 ans

30 ans

16 ans

80 ans

4 ans

35 ans

17 ans

85 ans

5 ans

40 ans

18 ans

88 ans

6 ans

43 ans

19 ans

94 ans

7 ans

45 ans

20 ans

100 ans

Retour haut de page

4. Prendre soin du chat âgé

La suite "au prochain épisode" merci...